Nov
Animé, Manga

Si vous êtes intéressés par la culture des arts martiaux et les combats, le tout saupoudré de testostérone, Kengan Ashura est fait pour vous !

 

Le cadre de l’œuvre :

 

Kengan Ashura (ou ケンガンアシュラ, Kengan Asura en japonais) est à la base un manga de SANDROVICH Yabako. Actuellement terminé au japon avec 26 tomes, Kengan Ashura se voit doté d’une adaptation en 2 parties en animé sur la plateforme Netflix. La partie 3 aurait été annoncée pour 2020. Quant au manga, comme dit précédemment, il est terminé, cependant une sequel se nommant Kengan Omega est en cours avec 39 chapitres.

 

C’est de cette adaptation que nous allons parler aujourd’hui.

 

Parlons un peu de l’auteur, Yabako a 14 ans d’expérience dans les arts martiaux et 8 ans d’expérience dans l’univers du manga. Auparavant il est passé par divers métiers avant de trouver un éditeur qui veuille bien de ses mangas. Ses années d’expérience dans le milieu du sport et plus précisément dans les arts martiaux, lui ont servis afin de créer ses mangas. Cela se ressent car nous avons à chaque fois des détails quant aux styles de combat utilisés dans ses mangas. Il arrive à les expliquer de manière à ce que cela soit facilement compréhensible. On a donc là un manga qui fournit des combats intenses tout en nous apprenant l’histoire des différentes formes d’arts martiaux et comment ils fonctionnent.

 

Un autre manga du même auteur est en cours il s’agit de Dumbbell Nan-Kilo Moteru? lui aussi adapté en animé, disponible sur la plateforme ADN.

 

Synopsis :

Depuis l’époque Edo au Japon, des arènes de gladiateurs existent dans certaines régions. Dans ces lieux, les riches propriétaires d’entreprises et les marchands misent argents et biens ce qui les poussent à engager des gladiateurs pour combattre dans des combats sans armesle vainqueur prend tout. Tokita Ohma, surnommé “Ashura“, rejoint ces arènes et dévaste ses adversaires. Sa capacité spectaculaire à écraser ses ennemis attire l’attention des propriétaires de grandes entreprises, dont le PDG du groupe Nogi, Nogi Hideki.

 

Voici le trailer Netflix de l’animé : https://www.youtube.com/watch?v=CNuY4ymi4Fs

 

Théories Diverses :

Je m’excuse par avance mais je vais devoir spoil un peu, par conséquent ceux qui n’ont pas vu l’oeuvre je vous conseille vivement de la voir.

 

Comme on a pu le voir jusqu’ici, la majorité des combats avaient pour but  d’éliminer les faibles et nous montrer un peu plus les ruses que mènent les propriétaire. On sent que certains PDG se démarquent comme Hayami Katsumasa qui joue sur les coups malveillants en dispersant ses pions un peu partout dans les camps des autres PDG. Cependant la quantité ne fait pas forcément la qualité et c’est sur principe là que Nogi Hideki se démarque le plus, en effet pour l’instant l’ensemble de ses combattants sont toujours debout et surtout Hatsumi Sen ainsi que Tokita Ohma

 

Bien que Hatsumi nous réserve encore des surprises on a pu voir que Ohma, à la suite de ses matchs, commence à souffrir un peu. Même si par moment son mode “Berzerk” peut lui assurer la victoire il commence à en ressentir les effets secondaires. C’est sur ce point que j’aimerais m’attarder, en effet le mode “Berzerk”, comme nous l’a expliqué le docteur (et aussi combattant) Hanafusa Hajime, puise ses ressources dans le coeur d’Ohma ce qui augmente son rythme cardiaque. Selon moi Ohma va vite arriver à ses limites et pourquoi pas en mourir. Il est facilement influençable, comme nous la montré sa réaction face à Kanoh “Croc” Agito et celle lors du combat face à Raian. Il n’arrive pas spécialement à garder son sang froid ce qu’il le pousse à passer facilement en état de “Berzerk”. J’ai donc bien peur que notre héros principal voit son histoire s’arrêter lors d’un des derniers combats du tournoi voire pourquoi pas juste après avoir remporté le tournois Kengan

 

(Tokita Ohma en mode Berzerk)

 

Certains effets secondaires du mode “Berzerk” nous ont été déjà montré, à commencer par les hallucinations qui nous montrent son mentor qui ne cesse de lui dire d’avoir plus confiance en ses capacités et en son style de combats. L’autre effet secondaire sont ses moments où il ne cesse de cracher du sang et qui l’affaiblissent peu à peu. 

 

Autre détail que l’on commence à voir, la famille Yamashita commence peu à peu à revenir à ce qu’elle était avant, une famille soudée. Kazuo, au fil de l’histoire, prend peu à peu confiance en lui et c’est ce qui lui a permis de tenir tête à l’ancien de la famille Kure et donc à “sauver” son fils (même s’il était sain et sauf quoi qu’il arrive). Idem du côté du fils qui commence peu à peu à s’ouvrir à son père après tant d’années sans se parler. Je verrais bien une forme de cohésion entre ces deux là qui formeraient un duo de businessmen importants. En effet, comme je l’ai dis Kazuo commence à avoir confiance en lui, ce qui pourrait donner par la suite un personnage comme Nogi Hideki mais avec un bon fond et pensant aux autres. Son fils pourrait servir à booster la société de son père par la bonne utilisations des fonds qu’il pourrait acquérir tout au long du Kengan grâce à ses relations. Kazuo commence à avoir créer des liens amicaux avec les différents combattants et PDG des autres société et notamment Ohya Ken. On peut donc espérer qu’à la suite de tournois Kengan Kazuo devienne un PDG important tirant peu à peu son épingle du jeu. Là où Ohma devient plus fort au fur et à mesure des combats, Kazuo devient de plus en plus important au fur et à mesure qu’il parle aux autres. C’est là que l’on commence à comprendre pourquoi dans l’opening on le voit se “battre” comme Ohma, lui aussi se bat à sa manière, au lieu des poings il utilise son éloquence et sa gentillesse. Il pense être faible mais on voit de plus en plus qu’il a sa propre force

 

(Kazuo Yamashita)

 

Conclusions personnelles :

 

Kengan Ashura est pour moi une sacrée surprise, je ne connaissais pas du tout avant son arrivée sur Netflix. Il pourrait être comparé à Baki The Gappler de par l’intensité des combats et de ses dessins. 

 

Les combats sont dynamiques, l’histoire, bien qu’assez simple, est bien amené et nous tient en haleine. Le mélange entre les différentes techniques d’animation ne sont pas trop dérangeantes et l’aspect 3D permet de détailler un peu les corps des personnages et nous pouvons remercier ce choix car le corps à une certaine importance dans ce mangas. 

 

Si en premier lieu on pouvait penser qu’il est juste un manga de combat n’apportant aucune réflexion, la stratégie a pourtant une bonne place avec les complots à répétitions et les moments de “calme” entre les combats. 

 

Sincèrement j’attends avec impatience la suite et me retiens ne pas lire les tomes. 

 

J’espère comme moi que vous apprécierez cet animé, je trouve qu’il mérite plus d’attention qu’il n’a actuellement car il en vaut le détour.

Cet article vous a passionné ? Ça tombe bien nos autres articles sont disponible ici.

 

Rayan.

Related Posts

Leave A Comment